25 « Hommes engagés » brevetés par la Caritas Goma pour la protection de la femme et la jeune fille

Cellule de Communication | 1 décembre 2020 | 0 | À la une , Justice et Paix

Goma, 01 décembre 2020 (caritasdevgoma.org) – Pendant une durée de 16 semaines, dans le cadre du Programme « Mwanamuke Amani na Usalama » (femme, paix et sécurité), MANU en sigle que la Caritas Goma exécute à Sake dans le Groupement  Kamuronza situé à 27km de la ville de Goma, 25 Hommes engagés dans la protection de la femme et de jeune fille ont été formés sur la masculinité positive dans les ménages. Une formation qui vient amoindrir le problème de l’inégalité et lutter pour la dignité et le respect du genre grâce à l’appui financier Mensen Met een Missie.

Le poids des us et coutumes dans la localité de Sake et dans la région du Nord-Kivu a toujours minimisé la dignité et le droit de la femme, affirment plusieurs observateurs. C’est ainsi que la Caritas Goma à travers son programme ‘’MANU’’ accompagne les hommes qui vivent avec les femmes pour redonner à ces dernières la joie de vivre en couple.

Ce programme cadrant avec la protection de la femme et de la jeune fille, a sélectionné une cible d’hommes engagés bénéficiant d’une formation  à travers des thèmes ci-après : l’utilité d’un homme engagé,  l’intégration du Genre dans le mode de vie, les différentes étapes du changement positif, la violence et la masculinité positive, le pouvoir et statut au sein du couple, les violences faites aux femmes et aux filles, les violences sexuelles, les violences entre les partenaires intimes, comment accompagner les survivants des violences, la relation saine,…

Grâce aux séances de formation réalisées dans la cité de Sake, 5 hommes engagés ont décidé de contracter le mariage civil avec leurs femmes dans les jours proches. Ces hommes engagés trouvent anormal de cohabiter avec leurs femmes sans mariage légal. Ainsi, la remise des brevets aux hommes engagés accompagnés de leurs femmes en date du 18 novembre 2020 à Sake par le staff du programme MANU de la Caritas-Développement Goma a été effectif.  Cette activité a réuni au total 25 couples exprimant leur joie pour un changement positif au sein de leurs foyers.

Dans son allocution, le Représentant du Chef de Groupement Kamuronza chef/Sake a souhaité voir ces hommes engagés devenir des vrais modèles de la masculinité positive dans son Groupement et espère que le taux de maltraitance de la femme va diminuer. A travers cette initiation, les femmes au foyer se sentent soulagées des souffrances créées par les différentes violences domestiques subies, a-t- il ajouté.

Dans un entretien accordé à la cellule de communication de la Caritas Goma, certaines femmes n’ont pas caché leurs sentiments. Riziki Nyanzira déclare : « Grâce à cette formation, je suis étonnée, surprise et contente du grand changement constaté dans la vie de mon mari. Avant, il m’arrivait parfois de me réveiller et quitter le lit sans pour autant l’arranger à cause de multiples tâches ménagères… Actuellement, à ma grande surprise, je trouve notre lit bien fait. Et quand je pose la question aux enfants, ils me disent que c’est papa qui s’est occupé du lit… cela m’étonne et m’enchante !». Quant à Charline, mariée depuis 10 ans, d’ajouter avec gratitude : « Depuis que mon mari bénéficie de la formation sur la masculinité positive, Il m’aide à effectuer certaines tâches sans complexe ni honte. Imaginez-vous, mon mari change les couches de notre bébé ! Nos voisins disent que je l’ai ensorcelé… ils ne savent pas qu’il a plutôt suivi une formation de la Caritas Goma ». Le mari de Charline rencherit en disant : « Selon nos coutumes, le papa est considéré comme chef du foyer ; c’est à dire que personne n’a le droit de contester ce qu’il dit ou bien ce qu’il fait. Ce qui a fait à ce que je sois trop dure à l’égard de ma femme et mes filles. Aujourd’hui, grâce à la formation sur la masculinité positive de la Caritas Goma j’ai appris à ne plus me croire chef intouchable, à aider ma femme et mes filles dans certaines tâches ménagères mais aussi d’assurer leur protection ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Devant son mari, Ndoole affirme que : « J’étais une femme malheureuse, sans joie et sans épanouissement parce que je n’avais aucun moment de dialogue avec mon mari puisqu’il était très rigoureux et très méchant.  Il s’est manifesté un changement depuis que celui-ci a débuté les formations. Maintenant, nous avons un temps pour le dialogue et communication nous aide à planifier les différents projets de notre foyer ; ce qui n’était pas le cas avant. Je remercie la Caritas Goma pour ce programme ».

Angèle Buke (stagiaire )

Cellule de Communication

 

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Catégories

DEPUIS NOTRE GALLERIE

NOS VIDEOS

L
o
a
d
i
n
g

MAGAZINES

Les Articles récents