CS Mapendo : Inauguration du nouveau bloc opératoire et maternité-néonatologie à Kiwanja

Cellule de Communication | 17 septembre 2020 | 0 | À la une , Santé

Goma, 16 septembre 2020 (caritasdevgoma.org) – En présence d’une forte délégation des consacrées et celle de la Caritas Goma, le staff médical du CS Mapendo, les autorités politico-administratives… le ruban symbolisant la fin des travaux a été coupé Lumoo Kahombo, Vice-Gouverneur du Nord-Kivu au côté de Monseigneur Willy Ngumbi Ngengele et les révérendes sœurs de la congrégation Sainte Chrétienne alors Gestionnaire de l’ouvrage à Kiwanja, en territoire de Rutshuru, 72 Km de Goma, à l’Est de la République démocratique du Congo. Un ouvrage rendu possible grâce à l’appui financier de la Caritas Luxembourg.

Déjà à 9h, heure locale, le décor était fin prêt. A Kiwanja, les invités conviés à la cérémonie de l’inauguration du nouveau bloc opératoire et maternité-néonatologie venaient sans trop de précipitation et prenaient chacun place à l’endroit leur indiqué par le service du protocole. Les différentes délégations présentes sur le lieu attendaient patiemment la procession de Mgr l’évêque de Goma, qui a marqué cette journée par une messe de bénédiction de cet ouvrage qui apaise le besoin vital de la communauté de Rutshuru du bloc opératoire et maternité-néonatologie.

En fait, le centre de santé de référence Mapendo est une formation sanitaire opérationnelle depuis le 3 mars 1993 ; sous la gestion du Bureau Diocésain des Œuvres Médicales, un de départements de la Caritas Goma (structure de l’Eglise au service humanitaire).

Des familles entières souffrant de paludisme aigu, ajouter à cela leurs enfants déshydratés et emportés par la diarrhée, mais aussi des femmes qui font l’accouchement à domicile par manque d’une maternité, ou des malades nécessitant l’évacuation vers d’autres localités transportés sur le Tipoy (civière traditionnelle) … Ceci est une situation qui n’a pas laissé indifférente l’Eglise qui devait réagir.

Au service aujourd’hui de plus de 35.000 habitants, le centre fonctionne avec quatre médecins, 21 infirmiers, quatre techniciens paramédicaux et 13 personnels administratifs et d’appoint. Il offre les soins curatifs, préventifs, promotionnels et chirurgicaux à la population. En dehors des soins, il y a d’autres activités spécifiques telles que la prise en charge de la malnutrition due au déplacement de la population ; la prise en charge des victimes de violences sexuelles ; la prise en charge des femmes enceintes et mise en place d’un système de référence obstétrique et des blessés vers l’hôpital général de référence de Rutshuru ; prise en charge médicale de tous les épileptiques de la zone de santé de Rutshuru; le dépistage et la prise en charge des personnes vivants avec le VIH/SIDA.

En moyenne, le centre reçoit 1 987 nouveaux patients par mois, assure 102 accouchements dont 23 par césarienne, un total de 553 patients mis en hospitalisation et 60 interventions majeures.

Au fil des années, la population de Kiwanja en particulier et celle du territoire de Rutshuru en général, a beaucoup galopé. Les causes de cette croissance : l’insécurité régnant dans les villages environnants, la recherche du mieux-être de la population en termes de commerce et la fréquentation des institutions sanitaires supérieures… Cette augmentation en flèche de la population a comme conséquence le débordement de ce centre. C’est ce qui a motivé la Caritas Luxemburg et la Caritas- Développement Goma à mettre sur pied ce projet. Et ce, dans le souci d’améliorer les conditions d’accouchement et d’hospitalisation des femmes de Kiwanja et des environs qui étaient souvent installées dans une tente ou deux femmes sur un même lit dans les chambres d’hospitalisation.

Avec la construction de ce nouveau bloc, une maison de deux étages avec une couleur jaune vive, et bleu ciel, les habitants de Kiwanja et ses environs espèrent recevoir un service de qualité pour leur bien être sanitaire. L’infrastructure va abriter : Le service de Gynécologie Maternité composé de :

  • La salle de travail
  • La Salle d’accouchement
  • La salle de post partum immédiat
  • La salle des pathologies gravidiques
  • 2 grandes salles communes d’hospitalisation

Le service de Néonatologie pour la prise en charge des problèmes des nouveau –né et des prématurés

Le Service de chirurgie obstétricale composé de :

  • 2 salles d’opération
  • Une salle de réveil
  • Une salle servant du bureau de l’anesthésiste
  • Une salle servant de bureau de l’infirmier de la salle d’opération
  • Une salle de staff meeting chirurgical
  • 3 salle servant pour la stérilisation
  • 2 salles de pansements en post opératoire

Et enfin, le service d’imagerie médicale avec une salle d’échographie

Disons également que le personnel sera aussi renforcé en terme des capacités et spécialisation afin d’assurer dans ce centre de santé de référence une prise en charge des malades plus adéquate et urgente et des interventions chirurgicales plus sécurisées et des accouchements à moindre risque.

Mapendo rentre dans la logique de Caritas Goma d’améliorer l’accès aux soins de santé avec comme objectif global de contribuer à l’amélioration de l’état de santé de la population de Kiwanja, et plus spécifiquement celle du couple mère-enfant, par la disponibilité des services médicaux et chirurgicaux complets. Avec ses sept hôpitaux généraux de référence, six centres hospitaliers, 11 centres de santé de référence, 26 centres de santé et 7 postes de santé, les structures gérées par le BDOM représentent 41% des besoins sanitaires dans la région.

Le seul défi pour ce bijou a tenu à préciser Dr Clovis Bwami, Médecin Responsable du CS Mapendo reste : ‘’… de poursuivre l’équipement de tous ces services précités par un matériel adapté et moderne pour améliorer la qualité du diagnostic et de prise en charge de nos malades dans les conditions acceptables’’.

Au Directeur de la Caritas Goma, Abbé Richard Muhindo de conclure : ‘’ … nos mains restent tendues vers toute personne animée d’un esprit de charité pour accompagner le rêve du Diocèse de Goma pour augmenter la capacité d’accueil et ce, aux standards modernes’’.

Lydie Waridi Kone

Cellule de Communication

 

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Catégories

DEPUIS NOTRE GALLERIE

NOS VIDEOS

L
o
a
d
i
n
g

MAGAZINES