La Caritas Goma s’engage dans la pratique de lavage de mains

Cellule de Communication | 1 décembre 2020 | 4 | À la une , Santé

Goma, le 01 décembre 2020 (caritasdevgoma.org) – Dans le cadre de son projet Hygiène et santé de base, la Caritas Goma initie la population dans la localité de Kanyaruchinya à une tradition intitulée ‘’Usafi  wa mkono kwa wote : l’hygiène des mains pour tous’’ sous l’appui financier de la Caritas Luxembourg.

Cette activité de lavage des mains qui cadre avec la journée mondiale de lavage des mains célébrée le 15 octobre de chaque année, vient soulager la communauté de Kanyaruchinya et ses environs à lutter contre les maladies hydriques et susciter l’importance de se laver régulièrement les mains après chaque activité ; ceci pour prévenir les différentes maladies qui peuvent en découler.

Tel  que prôné par la Caritas Goma, le lavage des mains en utilisant l’eau propre au savon est le moyen le plus efficace et le moins couteux de prévenir les maladies diarrhéiques. Et s’il est difficile de trouver du savon, l’on peut utiliser la cendre. Car, nombreux chercheurs évoluant dans la protection de l’enfant affirment que 5000 enfants de moins de cinq ans décèdent chaque année suite à une maladie diarrhéique due à l’utilisation d’eaux contaminées…

Eu égard à cela, la sensibilisation sur les étapes et moments clés ainsi que les techniques de lavage des mains a été au rendez-vous à Kanyaruchinya. Se laver les mains avant et après avoir mangé, après la toilette, avant de cuisiner, après avoir changé les couches du bébé… est nécessaire pour une hygiène saine. En se lavant soigneusement les pommes des mains, les ongles et les doigts entrelacés nous évitent la contamination, a martelé Marie-José, point focal dans le projet hygiène et santé de base en s’adressant à la communauté.

Bururu Katenga, chef de groupement de Buvira à Kanyaruchinya ne cache pas ses sentiments lorsqu’il dit : « la population de Kanyaruchinya a longtemps souffert des maladies hydriques liées à la méconnaissance des règles d’hygiène, chaque semaine nous comptions une vingtaine de malades au centre de santé ; mais aujourd’hui, avec l’accompagnement de la Caritas- Développement Goma, notre vie est en sécurité car, désormais nous appliquons les techniques qu’elle nous enseigne pour notre propre protection. Je veux m’engager personnellement comme autorité locale à sensibiliser ma communauté et inviter chaque ménage à en faire une vie quotidienne ».

Signalons que cette localité de Kanyaruchinya connait une pénurie d’eau. Elle n’a aucune source d’eau et aucune rivière ; la population éprouve des difficultés pour l’approvisionnement en eau ; elle se contente parfois des eaux de pluie ou des eaux venant du lac Kivu, transportées par des camions et qui est vendu par bidon à 500FC voir 1000 FC (franc congolais). Un montant que les ménages indigents qui peuplent Kanyaruchinya n’ont pas toujours.

Angèle Buke (stagaire)

Cellule de Communication

 

 

 

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Catégories

DEPUIS NOTRE GALLERIE

NOS VIDEOS

L
o
a
d
i
n
g

MAGAZINES