La Caritas Goma s’engage à éradiquer la malnutrition dans le territoire de Walikale

La Caritas Goma s’engage à éradiquer la malnutrition dans le territoire de Walikale

Goma, le 13 mai 2021 (caritasdevgoma.org) -Dans l’optique de renforcement de la résilience communautaire à travers l’Education, le Wash et la prévention de la malnutrition aigüe,  sous l’appui financier de l’UNICEF, FAO, PAM, la Caritas Goma redonne aux enfants et aux femmes l’espoir vital et renforce leur immunité en éradiquant la malnutrition dans les zones de santé d’Itebero et Walikale.

Comme partout ailleurs en RDC, et principalement dans la Province du Nord Kivu plus particulièrement dans le territoire de Walikale, la situation nutritionnelle de la population ne cesse de se détériorer et la malnutrition demeure l’un des problèmes majeurs de santé publique. Au Nord-Kivu, l’enquête à indicateurs multiples menée par le groupe de recherche et d’appui aux interventions intégrées de nutrition en santé depuis l’année 2018, a révélé une malnutrition chronique à 49,6% et la malnutrition aiguë sévère à 1,9% dans les quatre zones de santé de Walikale qui constituent le territoire de Walikale.

La dernière enquête nutritionnelle de la Zone de Santé de Walikale en aout 2020, organisée par le financement de l’UNICEF, a abouti aux résultats inquiétants qui prouvent la malnutrition aigüe globale (MAG) de 8,5%, la malnutrition aigüe sévère (MAS) de 2,5% et la prévalence des œdèmes de 0,9%.

En considérant les seuils définis par l’Organisation mondiale de la santé (5% taux de MAG et 2% MAS) au niveau de la santé publique, Valérie Nzuva, Point focal de ce projet montre que la situation nutritionnelle dans la zone de santé de Walikale (8,5% MAG et 2,5% MAS) est médiocre et nécessite une intervention car la prévalence de la MAG et MAS sont au-delà de seuil prédéfini.

Exhibant sa satisfaction, Balume Patrick, médecin chef de zone de walikale dévoile à la cellule de communication de la Caritas ce qui suit : « Depuis plusieurs années la Zone de Santé de Walikale n’a pas bénéficié des interventions humanitaires dans la cadre de prise en charge nutritionnelle. C’est au cours de l’année 2020 que cette zone a été sélectionnée par l’Unicef pour bénéficier de la convergence en termes des priorités d’interventions. Notre satisfaction est incommensurable car la réduction de taux de la malnutrition sera palpable ».

Signalons que l’UNICEF à travers la Caritas Goma intervient dans la prévention de la malnutrition au niveau communautaire avec l’approche Nutrition à Assise Communautaire (NAC) en mettant en place les Cellules d’Animation Communautaire (CAC) qui sont en cours d’exécution dans 95 villages de 18 aires de santé pour la promotion des pratiques familiales essentielles au sein de ménages.

Précisons à cet effet que la cible pour ce projet, ce sont les enfants de 0 à 23 mois; car, d’après Valerie Nzuva chef de projet nutrition, cette âge constitue la fenêtre d’opportunité de mille premiers jours de l’enfant où l’on doit combattre la malnutrition chronique vu que l’avenir de ces enfants est mis en jeu. Poursuivant, le chef de projet affirme qu’il existe de nombreuses preuves scientifiques démontrant  les conséquences néfastes et irréversibles de la malnutrition chronique sur le développement mental qui régit les aptitudes cognitives essentielles au développement socio-économique des nations.

Ajoutant à ces précisions, Célestin Infirmier titulaire au centre de santé Sacré-Cœur, prouve que les femmes enceintes et les femmes allaitantes si elles ne sont pas bien alimentées, elles sont exposées à l’augmentation des infections à cause de l’affaiblissement du système immunitaire. Dans la zone de santé de Walikale, certaines filles ont leurs premières grossesses pendant l’adolescence au moment où elles grandissent encore elles-mêmes. Or dans ce cas, la mère adolescente et le bébé entrent en compétition des nutriments ce qui fait que la mère soit déclarée malnutrie, déclare l’infirmier avec désolation.

Pour éradiquer ce fléau, la Caritas Goma mène des réalisations palpable dans cette zone ciblée avec plusieurs activités de prévention au niveau de la communauté sont planifiées entre autres :

  • Assurer le suivi de la croissance des enfants de 0-23mois pour la prévention de la malnutrition chronique et la promotion de l’alimentation du nourrisson et du jeune enfant à travers des leçons d’éducation pour la santé et la nutrition pendant les activités de Consultation Prénatale, Consultation Post-natale et consultation préscolaire ;
  • Créer les groupes des soutien en alimentation du nourrisson et du jeune enfant dans lesquels les démonstrations culinaires sont réalisées pour l’adoption des bonnes pratiques des préparations des aliments en promouvant des aliments localement disponible au sein de ménages.
  • Faire le dépistage actif et référence des cas vers la structure sanitaire sur base du Périmètre brachial et œdèmes nutritionnels dans la communauté.
  • Promouvoir l’allaitement maternel exclusif de 0 à 6 mois.
  • Soutenir les patients guéris de leur malnutrition aiguë sévère et modéré, afin d’éviter d’éventuelles rechutes à travers les sensibilisations sur l’alimentation adéquate à 4 étoiles (produit animal, céréales, légumineuses, fruits et légumes), le nombre de repas à consommer par jour (3 fois/jour) et encourager les bonnes pratiques d’hygiène.
  • Administrer à tous les enfants de 6 à 23 mois le supplément alimentaire multi micro nutriment en poudre.

Augustin Kandi-Da 

Cellule de Communication

Share

Written by:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You May Have Missed