Urgences

Profondément touchée par la souffrance qui frappe l’est de la RDC, Caritas Goma – qui a le devoir moral de réagir à cette souffrance – s’efforce à promouvoir le développement intégral de la personne en aidant les hommes et les femmes à exploiter pleinement leurs capacités.

A chaque fois que les combats s’intensifient, les habitants de plusieurs localités du Nord-Kivu, hagards, harassées et désespérés, fuient toujours dans la précipitation et ne prennent rien avec eux. Certains cherchent refuge dans des camps de déplacés près de Goma. Avec sa population galopante estimée à plus d’un million d’habitants, Goma est une ville qui a un passif des milliers de déplacés et de morts ainsi que d’une situation humanitaire catastrophique.

Pourtant, la présence de ces déplacés à Goma contribue à la dégradation de l’environnement, à l’aggravation des conditions sanitaires en raison du surpeuplement ainsi que la multiplication des maladies qui les accompagnent. Cette croissance démographique entraîne aussi une saturation des infrastructures sociales de base, déjà fragiles. Résultat le plus souvent, l’incapacité des pouvoirs publics de satisfaire une très forte demande, notamment en eau et électricité.

L’assistance humanitaire de Caritas Goma, que ce soit les rations alimentaires ou bien les bons d’achat, constitue une partie intégrante de la réponse que Caritas Goma donne aux ménages déplacés.

En partenariat avec le Programme alimentaire mondial, Caritas Goma distribue de milliers de tonnes de vivres à de centaines de milliers de déplacés, en appliquant la ration alimentaire par personne et par jour. Outre les distributions classiques sur plusieurs années, Caritas Goma a mis en place une nouvelle approche de “foires”, par lequel le système des bons d’achat remplace la ration alimentaire, pour permettre aux bénéficiaires d’acheter les biens de leur choix.

Share

One thought on “Urgences

  1. La Commission de délimitation des frontières entre la RDC et le Rwanda a commencé mercredi 26 août 2015 la destruction des maisons et des bâtiments qui empiètent la zone neutre du côté Goma (Nord-Kivu). Selon les experts congolais à l’œuvre, l’opération vise à libérer 6 mètres 25 de part et d’autre des bornes frontières, entre la grande et la petite barrière.
    «Les gens ont construit sans respecter les normes. Nous devons mettre de l’ordre dans la boutique, le Congo ne doit pas demeurer éternellement une poubelle», a déclaré Roger Roger Rashidi Tumbula, membre congolais de cette commission.
    Les bulldozers ont détruit des dizaines de maisons dans la zone neutre entre le Rwanda et la RDC, au niveau de la borne n°8.
    La CARITAS n’en sait vraiment rien????? Cette situation n’est pas une urgence pour la CARITAS GOMA?????

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You May Have Missed